Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
2999
Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Immobilier logistique
Catella livre à Logtex ses deux premiers développements



Thierry Bruneau, Pdg de Catella Logistic Europe

Début octobre, Catella Logistic Europe a livré coup sur coup ses deux premiers développements : deux plateformes de 3 cellules chacune destinées au prestataire Logtex. Située à Moussey, près de Troyes, la première affiche près de 20 000 m² au sol, le 3PL spécialisé textile et e-commerce comptant gérer sur place les opérations pour ses clients Absorba, Balibaris ou Le Slip Français. L’autre est situé à Cholet en Maine-et-Loire, de taille équivalente (18 768 m² au sol), et assurera la logistique globale du groupe IKKS. Les deux projets ont été réalisés par le contractant GSE et équipés de mezzanines métalliques démontables Mecalux, qui en doublent la surface disponible. Et pour gagner en efficacité et en personnalisation dans sa gestion de flux, Logtex a mécanisé une partie des opérations via deux installations signées Boa Concept (voir NL 2925). « Avec leurs mezzanines qui démultiplient la surface disponible et ce volet mécanisation, ces plateformes sont parfaitement dans l’air du temps de la logistique e-commerce et d’une préparation de commande exigeante », nous précise Thierry Bruneau, le Pdg de Catella Logistics Europe (CLE). Ex-dirigeant de Dematic France, Savoye, SNC Lavallin Europe et jusqu’à l’automne 2017 du développeur Concerto, il a fondé ce nouvel acteur du développement en immobilier logistique il y a 18 mois en s’associant et en s’adossant au groupe suédois d’asset management Catella. En pratique, CLE est une branche d’activité de Catella Property Investment Management, dont la branche conseil Catella Property Consultants s’était notamment illustrée l’an dernier en bouclant la vente à un investisseur d’un projet de 74 000 m² développé par Concerto pour Lapeyre (voir NL 2744). Cette équipe conseil de Catella a assisté CLE pour vendre à Groupama en Vefa (vente en l’état futur d’achèvement) les deux bâtiments destinés à Logtex, pour un peu plus de 33 M€. « Catella Logistics Europe entend développer des projets dont la réalisation est lancée une fois bouclé les volets occupant et investisseur, précise Thierry Bruneau. Nous avons plusieurs projets en cours en France, en développement ou en phase d’obtention des autorisations, dont deux devraient passer en réalisation au tournant 2019-2020. Et un projet se précise en Espagne, tandis que nous arrivons sur le marché allemand ». MR

 
   
 

A Moussey, au sud de Troyes, la plateforme développée par Catella Logistics Europe pour le 3PL Logtex est un site multiclients.

Crédit photo Catella Logistic Europe
 
 
 
Luminaires
Batimex passe sur 6 000 m² pour accompagner sa croissance

Et un, et deux, et trois… Batimex SAS, qui commercialise des luminaires sous la marque Lumisky, vient de déménager une troisième fois son siège social, toujours dans les Bouches-du-Rhône. Son nouveau site de 6 000 m² à Roquefort-la-Bédoule devrait permettre à sa logistique (auparavant logée sur 2 000 m² dans la zone des Paluds à Aubagne) d’accompagner la croissance de l’entreprise. Traditionnellement présent dans les grandes surfaces de bricolage et jardinage, Batimex surfe sur l’explosion des ventes en ligne et compte sur une hausse de 30% de son chiffre d’affaires en 2019, pour approcher les 12 M€. Les ventes via Amazon, Cdiscount, Veepee ou Groupon représentent désormais 70% du CA de la société marseillaise. Sa nouvelle plateforme logistique tourne déjà à plein régime, et reçoit la marchandise conteneurisée de Chine et d’Espagne. « Ce site d’une capacité de 400 palettes nous permet de stocker jusqu’à 10 m de hauteur. Nous sommes devenus des logisticiens capables d’envoyer en 48 heures plusieurs milliers de colis partout dans le monde », se félicite son président fondateur, Jean-Yves Baeteman. NBC


 
   
 

Batimex emménage sur un nouveau site dans Bouches-du-Rhône qui lui permet de tripler sa surface logistique afin d’accompagner la forte croissance de son chiffre d’affaires.

Crédit photo NBC
 
 
 
Nomination
XPO Logistics France crée un poste de directeur co-packing

Le 3PL XPO Logictis a recruté Romain Belair comme directeur co-packing France, une création de poste qui doit lui permettre de se développer dans cette activité où il procède déjà tous les ans à 40 millions d’opérations à valeur ajoutée sur une surface dédiée de 35 000 m², dans 20 entrepôts en France. Titulaire d’une licence en conception de produits automatisés et d’un master en management de gestion de l’entreprise, Romain Belair a travaillé ces dix dernières années comme responsable commercial grands comptes chez le spécialiste du conditionnement et copacking SPI Group. AD


 
   
 

Romain Belair, directeur co-packing XPO Logistics France.

Crédit photo Cillia Ciabrini
 
 
 
Rencontres Mews Partners
Comment l’IA peut améliorer la performance opérationnelle

La thématique était inédite pour cette deuxième édition des Rencontres IA et Supply Chain organisées par Mews Partners à Paris l’après-midi du 4 octobre, en partenariat avec Supply Chain Magazine et le Master Supply Chain International de l'Université de Paris-Dauphine. Le sujet de l’IA dans les prévisions ayant déjà fait l’objet de plusieurs évènements dans le monde de la supply chain, le cabinet de conseil a choisi de centrer cette conférence-débat sur l’apport de l’IA dans la performance opérationnelle des processus en entrepôt. Devant un public d’environ 130 personnes, Mikaël Pichavant, senior partner chez Mews Partners, pose très efficacement le débat à l’aide d’une slide étonnante, représentant d’un côté l’œil de Sauron (Seigneur des Anneaux) et de l’autre R2D2 (Star Wars). « L’IA doit-elle s’envisager comme le pilote global de la logistique ou comme un apport local d’expertise, en assistance de l’humain ? Ma conviction est qu’elle va se positionner en tant qu’assistant, garde-fou, mais ne fera pas disparaître le rôle de l’humain, ni sur le terrain ni pour le pilotage de la logistique » déclare-t-il. A charge pour l’équipe projet (intégrant en plus des experts métiers de l’entreprise des consultants, des data scientists, des start-up, des éditeurs ou des chercheurs) de bien gérer cette relation IA vs humain et de savoir parfois ne pas aller trop loin. JLR (voir suite)


 
   
  «L’IA doit-elle s’envisager comme le pilote global de la logistique ou comme un apport local d’expertise, en assistance de l’humain ? » s’interroge Mikaël Pichavant, senior partner chez Mews.  
 
 
Rencontres Mews Partners (suite)
La nécessaire interaction entre l’IA et l’humain

C’est ensuite au tour de Vincent Valloir, le responsable innovation Supply Chain chez l’e-commerçant Cdiscount, d’évoquer un projet IA mené en open innovation avec la start-up NoMagic, dans le cadre de la première promotion de son accélérateur The Warehouse. Il s’agissait de co-développer un logiciel de pilotage d’un bras robotisé (Universal Robot) pour le prélèvement et l’emballage des commandes de téléphones et d’autres petits produits électroniques. Lancé en janvier 2018, le projet a rapidement abouti à une mise en production en septembre 2018 sur une ligne de préparation dans l’entrepôt Cdiscount de Cestas (250 produits à l’heure, en h24 et 3 x 8). « Nous n’avons pas conçu ce projet pour remplacer les opérateurs. Nous les avons formés et fait monter en compétence afin qu’ils deviennent conducteurs de systèmes automatisés » insiste Vincent Valloir. « La donnée, c’est le nerf de la guerre » souligne Isabelle Badoc, responsable marketing Supply Chain chez Generix, venue apporter son point de vue IT à ces deuxièmes rencontres IA et SC de Mews Partners. Le champ des possibles de l’IA pour optimiser les processus et faire de l’analyse prédictive en entrepôt étant relativement vaste, l’éditeur a décidé de créer un Data Lab pour tester diverses applications avec des start-up et en y associant évidemment ses clients, propriétaires des précieux volumes de données indispensables à l’IA, devant idéalement être accessibles au sien d’un « data lake ». « Un data lake, c’est la première chose que va demander un data scientist quand il arrive en entreprise » fait remarquer Ayoub Mcharek, lui-même data scientist chez Generix.


 
   
  Les idées ne manquent pas pour une utilisation pragmatique de l’IA en entrepôt. Encore faut-il disposer des bonnes données.  
 
Rencontres Mews Partners (suite)
Le « scoop » de Balyo et les variations Goldberg de la supply chain

Et puis c’est au tour de Fabien Bardinet de prendre la parole. Le DG de Balyo est un spécialiste des chariots robotisés en entrepôt (AGV), mais il va prendre son auditoire à contre-pied. « La robotique, c’est plein d’IA mais les clients n’en ont pas grand-chose à faire. Le marché des AGV ne progresse pas beaucoup, autour de 1% du marché total, alors que le métier de manutentionnaire reste l’un des plus dangereux au monde, avec 22 morts par an en France ». Les systèmes sont fiables à 97%, mieux qu’un opérateur humain, et pourtant le marché ne décolle pas. Pourquoi ? Pour lui, l’explication est avant tout d’ordre psychologique : « on ne demande pas à une machine de faire mieux que l’humain mais de faire parfait, et c’est là tout le problème ». Or une fiabilité de 100% en environnement non prédictible est hors d’atteinte. Selon lui, pour gagner ces 3% supplémentaires, il faut avoir recours à une interaction avec un humain. Fabien Bardinet livre alors un scoop : Balyo (dont la technologie équipe 541 AGV dans le monde, dans 200 entreprises) va commercialiser en 2020 une offre dénommé Mowo sous la forme d’un service payable à l’usage, avec des robots en entrepôt et le contrôle à distance d’un humain capable de prendre la main en temps réel de manière fluide dans les 3% des cas où l’AGV se trouverait en difficulté. Le premier pilote devrait démarrer en novembre. La dernière partie de ce débat de ces rencontres Mews Partners sur l’IA et la SC s’est placé sur un plan plus philosophique, avec l’intervention d’Alexandre Lacroix sur le thème : « L’IA peut-elle nous aider à libérer l’intuition humaine ? ». Après nous avoir fait voyager des idées de Platon aux sociographes de la société Palantir Technologies en passant par Kant et Adam Smith, cet auteur et directeur de la rédaction de Philosophie Magazine conclut son brillant exposé sur la conviction qu’un bon SC manager doit savoir composer avec la complexité des dissonances dans sa chaîne logistique. A l’image d’un Glenn Gould lorsqu’ il joue sur son piano les variations Goldberg que Bach avait écrites pour le double clavier du clavecin. Aura-t-il besoin d’aide quand son environnement excèdera ses capacités cognitives ? « L’IA pourra sans doute lui envoyer des alertes, mais sûrement pas le remplacer ! » JLR


 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Singapour
IAC Partners ouvre un bureau dirigé par un expert SC

Cabinet de conseil en stratégie au service de la compétitivité des industriels, le français IAC Partners annonce l’ouverture de son 5ème bureau, situé à Singapour, dont la direction est confiée Umang Goyal, expert de la digitalisation de la supply chain. Après s’être lancé dès 2011 sur le marché allemand et avoir ouvert un bureau aux États-Unis l’an dernier, cette nouvelle ouverture confirme l’internationalisation de ce cabinet fondé en 1982 en rapprochant plusieurs structures de conseil existantes. « Après l’ouverture de notre bureau de Chicago en 2018, il était évident que la prochaine étape était d’ouvrir une structure pour conquérir la région Asie-Pacifique, nos clients faisant appel à nous sur des projets stratégiques qui mobilisent l’ensemble de leur organisation, sur les 5 continents », commente Benoît Petit, Global Managing Partner du cabinet. De fait l’an dernier, IAC Partners a réalisé 40% de projets internationaux, sachant que 90% de ses clients sont de grands groupes. Recruté pour prendre la tête du nouveau bureau singapourien, Umang Goyal a notamment exercé un temps chez Procter & Gamble dans des fonctions SC et Demand Planning, avant d’évoluer vers le conseil chez différents grands cabinets internationaux comme Deloitte, Accenture ou KPMG. Cela fait surtout près de 15 ans qu’il travaille sur le marché asiatique, et en maîtrise parfaitement les enjeux. « Aujourd’hui, l’Asie est une zone stratégique pour les industriels et les cabinets de conseil. Le marché asiatique nécessite réactivité et flexibilité : contrefaçon, paiements mobiles, nouvelles habitudes de consommation… sont autant de défis qui nécessitent une profonde refonte de l’organisation des entreprises. Le consommateur asiatique est par ailleurs extrêmement exigeant et utilise déjà les canaux digitaux et physiques de manière complémentaire. Être à Singapour, c’est être à l’avant-garde des innovations qui ne manqueront pas d’arriver en Europe et aux États-Unis dans les prochaines années », déclare Umang Goyal. Désormais implanté à Paris, Lyon, Düsseldorf, Chicago et Singapour, IAC Partners compte 80 collaborateurs et réalise environ 10 M€ de chiffre d’affaires. MR


 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté logistique.
 

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
 
 
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous
 

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
11 octobre 2019


octobre 2019

Vendredi 11
EURODECISION
« Formation EURODECISION : Méthodes et pratiques de la prévision des ventes »
9h00-17h00
Paris-La Défense

Jeudi 17
Table ronde CITWELL
« Comment packager et implémenter votre offre de services B2B ? »
8h30-12h00
Paris 2ème
Openmind Kfé
Avec les témoignages professionnels de l’industrie des matériaux et de la construction WINOA, ALTEO, LAFARGE et ETEX


novembre 2019

Mardi 12
DIAGMA
« Vers une approche segmentée du Demand & Supply Planning »
9h00-11h00
Paris 8ème
Avec le témoignage de MOET HENNESSY

Mardi 19
Simco Consulting
« AUTOMATISATION DANS L'ENTREPOT »
9h00-16h00
Paris
9 rue d'athènes

Mardi 19
au jeudi 21
Transport & Logistics Meetings
« Les innovations clés du secteur »
Palais des Festivals et des Congrès de Cannes

Mardi 19
au jeudi 21
Europack-Euromanut-CFIA
« Europack-Euromanut-CFIA »
EUREXPO LYON
Halls 6 et 7


décembre 2019

Mardi 03
et mercredi 04
Supply Chain Event 2019
« Réussir la transformation digitale »
9h00-18h00
Paris
Porte de Versailles


janvier 2020

Mercredi 15


FORUM DES ROIS


Mercredi 15 janvier aux salons de l’Aveyron Paris Bercy

Les partenaires :

Partenaire Prémium


Partenaires



















Cérémonie de remises des Trophées des Rois 2020.
Sur invitation , à l’Hôtel Intercontinental Paris Le Grand


Partenaire Platinium


Partenaires








 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien