Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3036
Spécial Supply Chain Event
ProGlove relève le gant du Digital Supply Chain Award

Benoît Payre, country manager France de ProGlove.

Crédit photo : AD

Parmi les 30 entreprises candidates à la 4ème édition du concours Digital Supply Chain Award sur le salon Supply Chain Event, les 21 membres du jury ont choisi de mettre à l’honneur cette année la société ProGlove. Basée à Munich, spécialisée dans les gants connectées et venant tout juste de fêter ses 5 ans d’existence, elle l’a remporté en finale face à la start-up belge Urbantz et sa plateforme collaborative de gestion du premier et dernier kilomètre (voir NL 2747). « Nous avons la chance de proposer une solution très visuelle et centrée sur les opérateurs », s’est réjoui Benoît Payre, country manager France de ProGlove. L’entreprise produit en outre tous ses équipements et son offre comprend déjà trois modèles de gants connectés, Mark Basic, Mark 2 Standard Range et Mark Basic Mid Range (voir NL 3033). A l’international, ceux-ci sont proposés par quelque 150 partenaires intégrateurs et équipent de l’ordre de 500 sites (30 partenaires intégrateurs environ et une cinquantaine de sites en France). Après l’Allemagne, c’est la France qui représente aujourd’hui son deuxième marché en Europe. En ce qui concerne la vente de ses produits, l’entreprise estime par ailleurs que le marché américain va rapidement rattraper voire dépasser celui du Vieux Continent. « Il y a actuellement environ 15 000 de nos gants en utilisation dans 35 à 40 pays » souligne Benoît Payre. A noter que ProGlove totalise plus de 200 collaborateurs et qu’elle a récemment levé 40 M$ (voir NL 2976). AD

 
   
  Les porteurs des 30 dossiers en lice à l’issue de la remise de prix. 

Crédit photo : AD
 
 
 

Pour participer à notre prochaine grande journée Forum des Rois 2020 du mercredi 15 janvier 2020 , inscrivez-vous dès maintenant par le biais de ce lien !

 
Spécial Supply Chain Event
Un jumeau numérique pour éclairer le futur de la SC de Renault

La supply chain de Renault a considérablement évolué en 20 ans, passant d’un modèle linéaire (une usine, un véhicule) à celui des plates-formes, objets partagés entre différents usines, avec un croisement des flux extrêmement complexe et des partenariats capacitaires avec d’autres industriels à tous les niveaux de la chaine de production. Dans ce contexte, comment maximiser à tout instant la production de ce réseau logistique dans un environnement mouvant en termes de réglementations et de volatilité de la demande ? « Du fait de la complexité, il n’est plus possible d’attendre 15 jours le résultat de chaque calcul d’optimisation » a expliqué avant-hier sur Supply Chain Event Aimé-Frédéric Rosenzweig, expert leader pour la Supply Chain chez Renault. C’est pourquoi ce dernier a demandé à la start-up lyonnaise Cosmo Tech de travailler sur la constitution pour Renault d’un jumeau numérique représentant le réseau logistique et de production d’une partie des moteurs. « Historiquement, le jumeau numérique est utilisé dans le manufacturing. C’est une représentation non pas statique mais dynamique, qui tient compte des interactions, de la manière dont elles évoluent, et qui permet de visualiser mais aussi de faire des simulations à des fins d’optimisation » a expliqué Michel Morvan, le dirigeant et fondateur de Cosmo Tech. La solution, qui prend en compte les flux, les temps, les stocks, les rendements opérationnels, est capable de détecter les différents points bloquants, en remontant la chaîne. « Lancer entre 50 et 100 000 simulations pour rechercher l’optimum ne prend que quelques dizaines de minutes » a-t-il souligné. Après dix-huit mois d’utilisation, Renault envisage de généraliser le recours à Cosmo Tech. Et d’étendre également à terme son utilisation à un niveau tactique. « Avec le jumeau numérique, nous sommes capables de devenir une force de proposition beaucoup plus constructive pour argumenter avec la partie commerciale dans le cadre d’un cycle S&OP. C’est une véritable possibilité d’éclairer le futur » a conclu avec enthousiasme Aimé-Frédéric Rosenzweig. JLR

 
   
  Aimé-Frédéric Rosenzweig, expert leader pour la Supply Chain chez Renault, et Michel Morvan, dirigeant et fondateur de Cosmo Tech.

Copyright JLR
 
 
 
Spécial Supply Chain Event
Ipsen refond ses processus SC en 18 mois avec Kinaxis

« L’objectif semblait déraisonnable, mais c’est finalement en 18 mois au lieu des 24 prévus qu’Ipsen a procédé à la refonte de ses processus Supply Chain, dont le déploiement à l’échelle de ses 35 filiales dans le monde a été bouclé cet été », a témoigné Davy Rey, responsable de la transformation des processus Supply Chain du groupe biopharmaceutique Ipsen. Recruté mi-2017, il a piloté ce programme baptisé Speed (Secure Plan Efficiently Execute & Deliver), notamment destiné à accompagner la mutation et forte croissance d’Ipsen ces dernières années. Le volet santé familiale qui a longtemps constitué le socle de l’activité de cet acteur français fondé en 1929 ne représente plus que 10% d’un CA qui s’est emballé avec l’accent mis sur la médecine de spécialité (oncologie, neurosciences et maladies rares). De 1,58 Md€ en 2016, l’activité devrait dépasser les 2,5 Md€ cette année. « Il n’y a pas d’alternative à certains de nos traitements, donc la lutte contre les ruptures figurait en tête des priorités, avec l’engagement de lancer nos nouveaux produits sur de nouveaux marchés dès l’obtention des autorisations ad hoc », a-t-il indiqué, pour synthétiser la feuille de route. En pratique, il n’y aura eu que 2 véritables ruptures d’approvisionnement cette année avec un OTIF au-delà des 95% (contre 3 en 2018), et l’objectif 0 est visé pour 2021. Cette refonte des process SC a notamment consisté à rapprocher encore plus le lien entre la production, la supply et la finance, qui travaillent désormais sur exactement les mêmes jeux de données à travers la solution RapidResponse de l’éditeur canadien Kinaxis. Quatre modules ont été déployés, impliquant quelque 60 interfaces avec les solutions SAP en place chez Ipsen, et ils connectent quelque 400 collaborateurs répartis partout dans le monde. « Nos processus de prévision de la demande et de planification de la production reposaient jusque-là sur une maille mensuelle, alors que c’est désormais tous les jours que nous pouvons détecter tout événement susceptible d’impacter la prévision/planification, avec la possibilité de monter un plan d’action sous quelques jours au maximum, au lieu de 8 semaines auparavant », s’est félicité Davy Rey. À l’issue de sa présentation, Valérie Le Gloannec, la responsable des ventes de Kinaxis pour la France nous expliquait que ce type de solution permettait justement de traiter de gros volumes de données, avec une technologie In-Memory permettant justement des recalculs et des simulations très efficaces, au jour le jour. MR

 
   
  Davy Rey, responsable de la transformation des processus Supply Chain dans le cadre du programme Speed du groupe biopharmaceutique Ipsen

© M. Rabiller
 
 
 
Spécial Supply Chain Event
Le centre d’excellence SC de Solvay monte en puissance

De 3 personnes lors de sa création il y a 5 ans, l’effectif du centre d’excellence supply chain de Solvay est passé aujourd’hui à 14. « Comme nous apportons de la valeur, le comex accepte de nous donner davantage de ressources » a déclaré Christian Backaert, Global Supply Chain Excellence Manager chez Solvay, mardi après-midi sur Supply Chain Event. L’idée de ce centre d’excellence, qui couvre par ailleurs d’autres domaines (manufacturing, commercial, achats) est d’apporter aux 10 BU du géant belge de la chimie (26 800 employés, 135 sites industriels, 10 Md € de CA) de la méthodologie, de leur mettre à disposition des outils et de leur proposer un support en matière de ressources pour travailler sur des projets. « Il s’agissait de démontrer que la supply chain est créatrice de valeur et qu’elle peut faire bien d’autres choses que de réduire les coûts du transport » a ajouté Christian Backaert. Le Centre d’Excellence a notamment testé l’apport de la plateforme d’aide à la décision de LLamasoft dans leur réinvention de leur Supply Chain au service de leurs métiers. L’outil permet de modéliser une représentation de la supply chain de bout en bout, avec ses règles et ses politiques associées, et de simuler des scénarios de type « what if ». Solvay l’a déjà testé pour répondre à ce genre de questions d’ordre stratégique : « si je veux réduire mes coûts de transports, quelles seront les conséquences sur mes niveaux de stocks et sur mon service client ? ». Ou bien encore : « où dois-je positionner mon nouveau centre de distribution suivant l’optimum que je recherche (stocks, niveau de service, coûts, etc) ? ». « Progressivement, je suis persuadé que nous ferons évoluer l’intégration de ces solutions vers une dynamique beaucoup plus tactique liée au S&OP et à l’optimisation des stocks » a indiqué Christian Backaert. « Il a fallu deux ans pour convaincre le management d’investir dans cette gamme d’outils, et après un an de POC, nous avons décidé d’investir dans l’achat de licence car le résultat était au rendez-vous ». JLR

 
   
  Christian Backaert, Global Supply Chain Excellence Manager chez Solvay, sur la salon Supply Chain Event mardi (Paris Expo Porte de Versailles).  
 
 
Spécial Supply Chain Event
Expanscience prend soin de sa supply chain dans le cloud

« Avec QAD Dynasys chez Expanscience, nous construisons le futur de nos supply chains » ont déclamé en coeur Guillaume Bernier et Sandra Pierre, respectivement Demand Manager et Demand Planner des Laboratoires Expanscience en guise de conclusion de leur présentation mardi matin sur le salon Supply Chain Event. Il s’agit d’un projet au long cours, dont l’idée a germé en 2015. L’entreprise (261 M€ de CA), en forte croissance à l’international (67% du CA actuellement, avec 16 filiales), souhaitait rendre sa supply chain plus agile et améliorer ses capacités d’anticipation, en partageant mieux les informations avec ses partenaires et ses filiales. Son APS de l’époque étant considéré comme « totalement obsolète », la direction Supply Chain décide de profiter de l’opportunité du lancement d’une démarche « Core Model » de sa DSI (autour de l’ERP M3) pour redéfinir un nouvel outil et de nouveaux enjeux. A l’issue d’un appel d’offres, c’est la solution DSCP en mode cloud de QAD Dynasys, qualifiée de « couteau suisse de la Supply Chain », qui est retenue en septembre 2015. Le projet démarre en juin 2016, avec la mise en place des premiers process dans des filiales pilotes (Italie et Portugal) en novembre 2016. L’année 2017 est consacrée à une phase de stabilisation, avec le passage à une nouvelle version de DSCP, puis en 2018, le process de prévisions collaboratives est étendu aux distributeurs via le web access. Le projet, qui compte aujourd’hui plus d’une centaine d’utilisateurs sur le cloud, est toujours en évolution, notamment sur la constitution de nouveaux indicateurs. « Chez Expanscience, nous ne sommes pas les champions des KPI. Je sais que ça peut paraître fou, mais nous n’avons toujours pas mis en place d’indicateur de fiabilité de prévisions car ce n’est pas si simple, il y a énormément de corrections à prendre en compte » a indiqué Guillaume Bernier. JLR

 
   
  Guillaume Bernier et Sandra Pierre, respectivement Demand Manager et Demand Planner des Laboratoires Expanscience, lors de leur intervention sur Supply Chain Event mardi matin.

Copyright JL Rognon
 
 
 
Spécial Supply Chain Event
Stockbooking passe en mode tour de contrôle

Une tour de contrôle de gestion centralisée. C’est ce dont bénéficient désormais les utilisateurs de la marketplace de valorisation d’espaces de stockage libres Stockbooking. Née dans le giron de FM Logistic (voir NL 2464), celle-ci s’appuie en effet sur une nouvelle plateforme qui donne accès à de nouveaux outils de gestion et de pilotage. Les fournisseurs d’espaces partenaires de la start-up peuvent désormais mettre en ligne directement leur nouvelles offres ainsi que gérer en direct tous leurs espaces déjà occupés ou proposés, cette gestion étant facilitée par la mise à disposition de tableaux de bords. « Nous avons aussi développé en version beta un module de gestion prédictive des stocks et de construction de réseaux de stockage avancés », souligne Nikolina Apostolova-Riehl, fondatrice et gérante de Stockbooking. Avec ces innovations, la start-up entend surtout continuer à se développer en France. Sur le territoire, elle compte aujourd’hui 260 partenaires actifs fournisseurs d’espaces, transporteurs et/ou logisticiens qui proposent environ 700 000 m² d’espaces de stockage à tous types d’utilisateurs (retailers, entreprises du bâtiment, e-commerçants, industriels…). « Certains proposent en plus des prestations de préparation de commandes, de livraison, de représentation fiscale ou encore de freight forwarding, et ils peuvent proposer aussi bien de 200 à 300 m² que de 5 000 à 6 000 m² », souligne la fondatrice de Stockbooking. AD

 
   
  Nikolina Apostolova-Riehl, fondatrice et gérante de Stockbooking.

Crédit photo : AD
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Belgique
Cophana choisit Fives pour mécaniser sa préparation de commandes

Le dépositaire pharmaceutique belge Cophana a sélectionné cet été l’intégrateur français Fives à l’issue d’un appel d’offres international pour la mécanisation de son futur centre de préparation de commandes situé à Houdeng-Goegnies, en région wallonne. D’une superficie de 14 000 m², ce nouveau site devrait être opérationnel en septembre 2020. Les équipes Smart Automation Solutions de Fives vont y installer deux lignes principales de convoyage (l’une pour le picking de détail, l’autre pour les colis complet) sur lesquelles se répartiront 11 gares de préparation. Piloté par le WCS Trace et par un module d’ordonnancement intelligent, le système est conçu une capacité de préparation de 800 colis à l’heure. Le portefeuille client de Cophana compte plus de 80 laboratoires qui distribuent chaque jour des produits pharmaceutiques au Benelux et dans d’autres pays européens. A noter que Cophana appartient au géant américain McKesson, tout comme sa cousine française OCP Répartition, qui est un utilisateur de longue date de solutions de préparation de commandes mécanisées fournies par Fives. JLR

 
   
 
Copyright Fives
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
5 décembre 2019


décembre 2019

Mardi 10
Colibri
« Demand & Supply Planning : Lancez-vous dans la DataScience ! »
11h00-11h45


janvier 2020

Mercredi 15

Inscrivez-vous dès maintenant en cliquant sur l’icône ci-dessous

FORUM DES ROIS


Mercredi 15 janvier aux salons de l’Aveyron Paris Bercy

Les partenaires :

Partenaire Prémium


Partenaires































Cérémonie de remises des Trophées des Rois 2020.
Sur invitation , à l’Hôtel Intercontinental Paris Le Grand

Partenaire Platinium


Partenaires









 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien