Agroalimentaire

Mademoiselle Desserts internalise en rachetant un site Stef en Dordogne

NewsLetter | Mademoiselle Desserts internalise en rachetant un site Stef en Dordogne | publié le : 23.03.2022

La formule n’est pas si courante : pour intégrer et optimiser la logistique aval de ses produits surgelés, Mademoiselle Desserts a signé le 10 mars le rachat de l’entrepôt de son prestataire Stef à Thenon, en Dordogne, soit quelque 40 000 m³ quasi intégralement en froid négatif. Une relation particulière s’était déjà nouée sur place entre le logisticien du froid et ce spécialiste des pâtisseries et préparations surgelées destinées à la GMS et à la restauration hors foyer (à 50/50), avec la construction et l’ouverture en 2017 d’un atelier de production de flans de 1 600 m² (opéré par Mademoiselle Desserts), dans une logique de co-investissement (voir NL 2581). Construit en 1987, le site de Stef opérait pour les acteurs régionaux de l’agroalimentaire, pour leurs problématiques amont (matières premières), comme aval (produits finis). Avec ce rachat, Mademoiselle Desserts compte en faire son « Hub Sud » pour internaliser le stockage des pâtisseries produites sur ses différentes usines du sud de l’Hexagone, Thenon donc, mais aussi Valade/Condat-sur-Trincou (24), Argenton-sur-Creuse (36) et Renaison (42). Cette logique de consolidation se mettra en place d’ici la fin du semestre, avec 8 000 emplacements palettes, 5 salariés en logistique et des recrutements à terme, et permettra d’optimiser aussi expéditions et transport. Puis la même formule sera répliquée en 2023 avec un « Hub Nord » à Arras, au service de son usine nordiste de Tincques, et de celles plus à l’ouest de Saint-Renan (29) et Broons (22), avec une capacité de 12 000 palettes permettant ultérieurement de stocker aussi les produits à destination du Royaume-Uni. « À travers cette simplification logistique, nous répondons à plusieurs objectifs : réduction des coûts, réduction du nombre de km parcourus de -23%, optimisation et structuration de notre organisation logistique, amélioration du taux de service clients, diminution de notre empreinte carbone », souligne Didier Boudy, Pdg de Mademoiselle Desserts. Née en 1984 de la fondation d’une première unité de production en Dordogne, déjà, ce leader européen compte aujourd’hui 8 sites en France, 3 outre-Manche et 1 aux Pays-Bas, et 1 900 salariés qui produisent près de 4 000 références, pour un CA dépassant les 325M€. MR

Une vente signée le 10 mars entre Didier Boudy, Pdg de Mademoiselle Desserts (G) et Laurent Malfettes, directeur de la BU Surgelés de Stef (D).
© DR

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format